Quels sont les symptômes de la cœliaquie?

Ils sont très variables d’une personne à l’autre, surtout chez l’adulte.

  • Chez le nourrisson et le petit enfant, on observe classiquement quelques semaines ou quelques mois après l’introduction du gluten (vers 6 mois en général) des diarrhées importantes, des flatulences, une perte d’appétit, des vomissements, un état grincheux, une perte de poids ou une cassure de la courbe de poids, un état de dénutrition voire même de déshydratation si le diagnostic n’est pas posé rapidement.
  • Chez l’enfant plus âgé, l’adolescent et l’adulte, la malabsorption peut être moindre et n’entraîner que des carences spécifiques (en fer, en protéines, en vitamines, en sels minéraux) et rendre ainsi le diagnostic plus difficile.
    • On peut ainsi rencontrer une anémie plus ou moins importante par manque de fer, des œdèmes par manque de protéines, des fractures spontanées par manque de calcium et de vitamine D, des hémorragies et hématomes spontanés par manque de vitamine K.
      Un symptôme très fréquent chez l’adulte mais qui peut avoir de multiples causes est la fatigue chronique. Celle-ci peut être due à une ou plusieurs carences mais aussi uniquement au processus auto-immunitaire qui épuise l’organisme.
    • Les troubles digestifs, alors qu’ils sont presque toujours présents et à l’avant-plan chez le nourrisson et l’enfant, ne se rencontrent que chez moins de la moitié des adultes atteints et recouvrent aussi bien la constipation que la diarrhée, des ballonnements ou encore des douleurs abdominales, des digestions difficiles ou du brûlant par reflux gastro-oesophagien. Il s’y ajoute souvent une intolérance secondaire au lactose parce que l’enzyme qui permet de digérer le lactose se trouve dans les villosités, lesquelles sont détruites par la maladie cœliaque.
    • Parmi les autres troubles, citons encore la dépression nerveuse (pouvant conduire au suicide !), divers troubles neurologiques, des douleurs articulaires, la stérilité, les fausses couches, les migraines, la stomatite aphteuse, l’alopécie.
    • Enfin la dermatite herpétiforme est également une expression possible de la maladie cœliaque.
Print Friendly, PDF & Email
Aller à la barre d’outils