Notre vocabulaire partagé

Pour l’immense majorité d’entre-nous, la langue que nous avons apprise à l’école est le français.

La richesse de notre vocabulaire (les mots que nous utilisons pour nous exprimer) est plus ou moins étendue en fonction de nombreux critères culturels, économiques ou sociaux. Pourtant, toutes et tous, nous utilisons un “vocabulaire partagé”, c’est-à-dire des mots que nous utilisons tous dans notre vie de tous les jours et qui nous donnent l’impression d’être compris par tout le monde.

Dans la pratique, ces mots sont définis dans de nombreux documents et pour qui recherche ces définitions, les surprises sont nombreuses … ces mots que nous considérons être compris par tous, ont selon les textes des significations différentes.

Notre premier aliment est le “lait”, maternel ou maternisé. Nous savons donc tous ce qu’est du lait. Et pourtant, un petit regard à ses définitions est éclairant : voir lait.

Les différences sont non significatives dans notre vie quotidienne, car le contexte suffit souvent à nous permettre de comprendre ce dont on parle. Elles deviennent critiques lorsque ces termes sont utilisés, sans être définis, dans des textes légaux ou des contrats.

Un exemple : le code de bonne pratique français de la boucherie, par exemple, ne contient aucune définition du mot “viande” …

Étonnant n’est-ce pas!

Un autre exemple? Voir gluten.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils